Centre bouddhiste Triratna de Paris

The Triumph of life - une soirée à l'opéra avec le Bouddha

Posted by Ujumani on Mon, 16 February, 2015 - 20:14
Ujumani's picture
Ujumani
Pour commencer les célébrations de la fête du Parinirvana, de la mort physique du Bouddha, nous avons passé une soirée à regarder The Triumph of Life. C’est un opéra qui raconte le dernier jour de la vie du Bouddha. Le livret en a été écrit par Sarvananda et Satyadaka, et la musique composée par Amalamati - tous des membres de l’Ordre bouddhiste Triratna. Il a été joué par une troupe et un orchestre composés essentiellement d’amateurs de la Communauté bouddhiste Triratna, en 2002 à Londres.

Le livret étant en anglais, et pour que vous puissiez suivre l’histoire si vous regardez la vidéo ci-jointe, je vous mets ci-dessous un bref synopsis de l’opéra, en espérant que vous passerez un aussi bon moment que celui que nous avons passé l’autre soir.

====================
Acte I
Scène 1 – Le Bouddha et Ananda marchent près de Vesali. Le Bouddha admire la beauté du chant des devas, sachant que c’est la dernière fois qu’il le fait. Ananda s’inquiète car la nuit approche, et ils doivent traverser la rivière.
Scène 2 – Le Bouddha et Ananda arrivent au bois de sals. Ils contemplent leur vieillesse, se souvenant de leurs jeux d’enfants. Le Bouddha assure à Ananda que s’il s’évertue, il découvrira la vérité.
Scène 3 – Arrivée de jeunes Licchavis, des habitants de la région, qui célèbrent le mariage de deux d’entre eux. Ananda s’irrite contre eux car ils ne prennent pas garde au repos du Bouddha et au sien. Subaddha, le frère du marié, demande une bénédiction, puis les Licchavis chantent leur beauté et leur jeunesse. Devant l’irritation continue d’Ananda, Subaddha et les Licchavis se moquent de la vieillesse des deux hommes. Le Bouddha les surprend en leur donnant une bénédiction.
Scène 4 – Ananda exprime son regret de s’être laissé emporter. Le Bouddha lui dit de ne pas se laisser tromper par l’arrogance de la jeunesse, car comme eux, ces jeunes gens aussi vieilliront. Le Bouddha annonce à Ananda qu’il mourra ce soir, Ananda ne peut le croire.
Scène 5 – Ananda marche dans la forêt, ne pouvant toujours pas croire que la fin du Bouddha est si proche. Le Bouddha l’appelle, et lui demande de rassembler tous ceux qui voudront entendre son dernier enseignement.
Scène 6 – Ananda annonce à tous que le Bouddha, la lumière du monde, est mourant, puis retourne vers le Bouddha. Un cri d’horreur retentit, et les jeunes Licchavis débouchent en criant, un serpent vient de mordre le tout jeune marié, qui en est mort. Subaddha n’arrive pas à l’accepter.

Acte II
Scène 1 – Dans le bois de sals, le chœur des animaux rassemblés voit que le Bouddha est en train de mourir.
Scène 2 – Irruption de Subaddha, mi-ivre, qui questionne les cruels dieux sur le sort qui vient de frapper. Il entend le glas qui sonne et se demande ce que c’est, puis sort.
Scène 3 – Disciples et laïcs viennent rendre un dernier hommage au Bouddha.
Scène 4 – Resté seul, Ananda pleure la mort proche du Bouddha, qui était si gentil et si bon avec lui. Le Bouddha l’appelle.
Scène 5 – Le Bouddha demande à Ananda pourquoi il pleure. Ananda répond qu’il a toujours tant à apprendre du Bouddha. Ce dernier se réjouit de tout ce qu’Ananda a fait de bien. Il lui redit que s’il s’évertue il atteindra le but.
Scène 6 – Subaddha arrive, cherchant le saint homme qu’il a vu plus tôt. Les disciples se demandent qui est ce jeune homme, puis Ananda lui dit qu’il ne peut voir le Bouddha, qui est proche de la mort. Malgré cela, le Bouddha fait venir Subaddha, lui demande ce qui s’est passé. Le Bouddha lui dit que la mort fait partie de la vie. En colère, Subaddha dit qu’il a déjà entendu cela. Avec une force et une compassion grandissantes, le Bouddha lui redit que le mort est normale, que son frère ne reviendra pas, et puis qu’il y a une voie qui mène au-delà de la souffrance, une voie à parcourir avec d’autres. La parcourir est son choix à lui, Subaddha. Finalement, convaincu par le Bouddha, Subaddha va en refuge dans les Trois Joyaux.
Scène 7 – Le chœur des disciples chante les refuges et préceptes. Pukkusa, un habitant du lieu, vient et offre une robe d’or au Bouddha, qui la revêt. Le Bouddha donne son dernier enseignement -

Efforcez-vous et persévérez.
Prenez refuge dans le Bouddha,
Prenez refuge dans le Dharma,
Prenez refuge dans la Sangha.
Tous les phénomènes conditionnés sont sujets à l’impermanence.
Efforcez-vous avec vigilance.

Le Bouddha entre en méditation, en dhyanas, puis meurt.
Scène 8 – Les disciples expriment leur profonde tristesse. L’un d’entre eux, Anuruddha, leur dit de pratiquer le Dharma plus encore, de chercher plus profondément en eux-mêmes, au-delà de leur souffrance. Les disciples emportent le corps du Bouddha vers le lieu de crémation, tandis qu’Ananda se dirige vers la forêt, décidé à y méditer jusqu’à ce qu’il ait atteint l’éveil. Subaddha, confus, ne sait quoi faire. Ananda lui tend la main et ils partent ensemble.
Log in or register to respond

Responses

Fred's picture
Merci beaucoup Ujumani pour cette inoubliable soirée.
Il y avait de très belle voix (dont un homme chantant d’une vois très haute, et un jeune Ujumani - c’était en 2002 !), une mise en scène simple, animée, colorée et lumineuse, une histoire poignante, et ces discussions entre le Bouddha et ses interlocuteurs.
Vraiment une très belle soirée d’Opéra.
Merci aussi à Katarzyna, Anne, et Marie-Françoise, qui ont orné l’autel de splendide manière, de blanc, de vert, de fleurs, d’encens et de bougies dans l’après-midi de Vendredi, aidée par Marin.
MF's picture
Formidable cet opéra. merci Ujumani pour cette belle initiative.
Belle histoire joliment racontée avec simplicité mais agrémentée d’un mélange de voix melant tessiture cristalline à des tessitures graves, des costumes sipmles mais colorés. J’ai eu beaucoup d’émotions en entendant cette voix si haute…
Bref, une autre façon de prendre connaissance de la puissance du Bouddha.

Marie-Françoise