Espace Sangha de Paris

Déclaration contre la violence bouddhiste en Birmanie

On Thu, 5 October, 2017 - 19:52
Ujumani's picture
Ujumani

Sangharakshita, le fondateur de l’Ordre bouddhiste Triratna, ont récemment fait la déclaration traduite ci-dessous, condamnant la violence perpétrée par des bouddhistes en Birmanie (Myanmar) contre les Rohingyas.

Tous les membres de l’Ordre bouddhiste Triratna qui animent le Centre bouddhiste Triratna de Paris ou qui y enseignent soutiennent entièrement cette déclaration et s’y associent.

===================
Déclaration au sujet des violences menées par des bouddhistes contre la population musulmane en Birmanie (Myanmar), 2017

En tant que bouddhiste, je m’oppose totalement aux encouragements à la violence et à la discrimination envers la population musulmane en Birmanie et ailleurs, faits au nom du bouddhisme.

La violence et la discrimination perpétrés par des bouddhistes contre des minorités non-bouddhistes est également prouvée dans d’autres pays, dont le Sri Lanka.

Il ne peut y avoir aucune justification bouddhique pour une telle violence. Perpétuer ou encourager la violence motivée par la haine et les préjugés va à l’encontre des enseignements du Bouddha et constitue une transgression fondamentale des principes éthiques du bouddhisme, incluant les vœux monastiques bouddhistes.

En particulier, les cinq préceptes éthiques enseignés par le Bouddha expriment le principe d’ahimsa, ou non-violence. Ils constituent un engagement s’entraîner à pratiquer la compassion – en actions, en paroles et même en pensée.

De plus, le Bouddha a incité ses disciples à cultiver la bienveillance, non seulement envers la famille ou le groupe ethnique de chacun, mais également envers les étrangers et les personnes avec qui nous sommes en querelle.

De ce fait :

  • J’exhorte tous les bouddhistes, y compris mes frères et sœurs birmans, à se joindre à moi dans l’expression de notre exécration de toute violence menée par des bouddhistes ;
  • J’exhorte les responsables bouddhistes birmans à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour faire cesser les violences anti-musulmans dans leur pays ;
  • J’exhorte également les responsables bouddhistes birmans à prendre des mesures immédiates afin de confronter les moines bouddhistes qui ont encouragé ou pris part à des actions violentes ou discriminatoires, physiques ou verbales, et de leur demander des comptes ;
  • Je fais appel au gouvernement du Myanmar (Birmanie) afin d’autoriser la liberté de mouvement de tous les citoyens, y compris musulmans, l’accès illimité à l’aide humanitaire pour tous les citoyens déplacés, et la libération immédiate de tous les musulmans détenus, à moins qu’ils n’aient été reconnus coupables d’un crime reconnu de façon internationale.


Signé à titre personnel par :

  • Vénérable Urgyen Sangharakshita, fondateur de l’Ordre bouddhiste Triratna, Royaume-Uni
  • Dhammachari Amrutdeep, membre de l’Ordre bouddhiste Triratna, précepteur public & délégué de l’Ordre, Inde
  • Dharmachari Dhammarati, membre de l’Ordre bouddhiste Triratna, précepteur public, Royaume-Uni et Amérique du Nord
  • Dharmachari Mahamati, membre de l’Ordre bouddhiste Triratna, précepteur public, Royaume-Uni
  • Dharmacharini Parami, membre de l’Ordre bouddhiste Triratna, préceptrice publique, Royaume-Uni, Espagne et Amérique Latine
  • Dharmachari Saddhaloka, membre de l’Ordre bouddhiste Triratna, précepteur public, Royaume-Uni
  • Dharmachari Subhuti, membre de l’Ordre bouddhiste Triratna, précepteur public, Royaume-Uni et Inde
  • Dhammacharini Vijaya, membre de l’Ordre bouddhiste Triratna, préceptrice privée, Inde


(Vous trouverez ici l’original en anglais).